Croatie Informations générales

Situation géographique

La Croatie se situe au sud-est de l'Europe.

Heure locale

GMT/UTC + 1 (+ 2 du dernier samedi de mars au samedi précédant le dernier dimanche d'octobre). Heure de Paris/HEC (+ 1 du dernier samedi de mars au samedi précédant le dernier dimanche d'octobre).

Capitale

Zagreb. Nombre d'habitants : 779 145 (2004).

Géographie

La Croatie s'étend sur la côte adriatique. Ses principaux ports sont : Rijeka, Pula, Zadar, Sibenik, Split et Dubrovnik. Le pays est une longue bande de terre qui se rétrécit du nord au sud. La partie la plus large d'ouest en est est située de Zagreb à la frontière serbe au nord du pays. La Croatie a pour pays limitrophes la Slovénie et la Hongrie au nord ; Serbie et Monténégro à l'est, et la Bosnie-Herzégovine (au sud-est de Zagreb; nord-est de la côte adriatique).

Gouvernement

Histoire : convertis au catholicisme au 7ème siècle, les croates établirent un royaume indépendant au 10éme siècle, pendant que les serbes optèrent pour le religion orthodoxe de l'est de l'empire Byzantin qui culminait au sein du grand Schisme de 1054. En 1089, la Croatie fut sous le contrôle de la Hongrie et ensuite sous le contrôle de l'Empire des Habsbourg et y demeura pendant huit siècles alors que la majeure partie de la Dalmatie était contrôlée par les byzantins, Venise et l'Autriche. En 1529, après la défaite des hongrois par les turcs ottomans, les empires des Habsbourg et des ottomans divisèrent les territoires hongrois, créant ainsi une frontière militaire en Croatie entre les musulmans et les chrétiens, qui est actuellement la frontière entre la Croatie et la Bosnie Herzégovine. Les serbes étaient positionnés dans une zone croate, Krajina (à la frontière) source de nombreux conflits serbes- croates plus tard. En 1699, alors que l'Empire Ottoman déclinait, la majeure partie de la Croatie moderne était sous le contrôle des Habsbourg, sauf les territoires vénitiens de la Dalmatie, Istria et Dubrovnik, qui furent sous le contrôle de Vienne en 1815 après une brève période de prise de contrôle française sous Napoléon. En 1868, la Croatie était sous l'influence de la Hongrie mais après la destruction de l'empire Austro-Hongrois pendant la première guerre mondiale, un nouveau « Royaume des Serbes, Croates et Slovènes » fut créé en 1918, qui sera nommé plus tard « Yougoslavie » en 1929. Pendant la période de l'entre-deux-guerres, une puissante unité serbe dominait l'état ce qui provoca le conflit serbe croate, qui fut exploité par les nazis après le démembrement de la Yougoslavie en 1941. Un « état indépendant croate » fut établi à Zagreb, qui inclura la Bosnie Herzégovine, et qui fut dirigé par le mouvement fasciste d'Ustasa. Cet état adopta une politique sur trois fronts : génocide, conversion obligatoire au catholicisme et déportation des serbes. La brutalité particulière de ce régime a, aux yeux de chacun, entaché le nationalisme croate depuis lors. Après la prise du pouvoir par les communistes en 1945, la Croatie devint une république constituante de la nouvelle fédération Yougoslave dirigée par Josip Broz Tito, un croate, opposé à l'affirmation du nationalisme croate. Par conséquent, en 1971, un mouvement de masse (Maspok) qui se reflétait juste comme un redressement du nationalisme croate, soutenu par la ligue des communistes croates, fut stoppé par Tito avec l'aide de l'Armée Nationale Fédérale Yougoslave (JNA). Le nationalisme croate prit de l'importance après la mort de Tito en 1980 et le déclin du régime yougoslave sous la lourde présidence collective. La situation empira au printemps 1990 après les élections pluripartites en Slovénie et en Croatie. En Croatie, l'Union Démocrate Nationaliste Croate (Hrvatska Demokratska Zajednica, HDZ) dirigée par Franjo Tudjman, remporta les deux tiers des sièges à l'Assemblée et proclama l'indépendance. En janvier 1991, l'Armée Fédérale Yougoslave entra en force en Croatie pour défendre la minorité serbe qui était autonome à l'intérieur de la Croatie. Les combats en Croatie opposèrent la JNA et l'armée serbe sur un front et les forces croates arrivèrent précipitamment à leur apogée à la fin de l'été. A cette époque, le cessez le feu imposé par les Nations Unies prit effet en janvier 1992, 30% des territoires croates furent attribués aux serbes : la stratégie serbe fut de créer la « Grande Serbie », qui fut encouragée par les dirigeants serbes à Belgrade. Le mois précédent, la Croatie était reconnue par l'Union Européenne et fut admise parmi les Nations Unies en mai 1992. Le foyer de la guerre se déplaça au sud pendant l'été 1992 et il y eut le mélange ethnique en Bosnie (voir Bosnie Herzégovine, Histoire et Gouvernement). Pendant ce temps, les 14 000 soldats de la force des Nations Unies maintenaient, tant que put se faire, la paix dans le pays. En août de la même année, les élections présidentielles et législatives eurent lieu. Le Président Tudjman fut réélu avec la majorité absolue sur sept candidats alors que son parti remporta 60% des sièges au sein des deux Chambres de Sabor. Grâce à cette position sécurisée, Tudjman était capable de poursuivre ses ambitions récupérer les territoires croates et imposer la position croate en Bosnie. Cela pris du temps mais en 1995, avec l'apport (secret) des Etats-Unis, de l'Allemagne et de la Hongrie pour réarmer la Croatie et l'alliance stratégique avec les bosniaques musulmans, les croates furent prêts à affronter les serbes. Leur action militaire, au fil des jours, poussa les serbes à accepter un accord politique qui fut déclaré en novembre 1995 avec les accords de Dayton. La Croatie fut l'unique bénéficiaire de cet accord. Peu après, le HDZ remporta les élections législatives. L'ex Ministre des finances, Zlatko Matesa, démissionna pour devenir Premier Ministre. En avril 1997, le HDZ remporta également la majorité au sein de la Chambre Suprême de Sabor et Tudjman fut reconduit pour un mandat de cinq ans. A cette époque, la croissance du régime autoritaire et nationaliste de Tudjman aliénait la circonscription à l'intérieur et à l'extérieur du pays. De plus, le gouvernement refusa de coopérer avec le Tribunal International des Crimes de Guerre (qui enquêtait sur les atrocités commises par les croates et serbes pendant la guerre civile) et cette renonciation empêcha clairement l'ambition politique des croates : faire partie de l'Union Européenne. La mort de Tudjman en décembre 1999 ouvrit la voie à une nouvelle ère politique en Croatie. Aux élections de la Chambre des Communes, accidentellement prévue un mois après la mort de Tudjman, le parti Démocrate Socialiste, allié à cinq petits partis de centre et centre-gauche, fut capable de représenter la majorité et le HDZ devint pour la première fois l'opposition. En février 2000, le candidat centriste Stepan Mesic, qui représente le parti Populaire Croate Centriste (HNS, un membre de la coalition du gouvernement) remporta les élections Présidentielles au deuxième tour (le candidat HDZ, l'ex Ministre des Affaires Etrangères Mate Granic, arriva en troisième position au premier tour). Avec le nouveau Premier Ministre, Ivica Radan, Mesic adopta une politique intérieure et extérieure plus conciliatoire.

Gouvernement : sous la constitution de 1990, le pouvoir législatif reste sous le pouvoir de la Chambre bi-camérale (Sabor), les deux Chambres sont directement élues pour un mandat de quatre ans. La Chambre des Communes, la Chambre Représentative (Zastupnicki Dom), comportent 127 sièges dont 80 sont élus par la représentation proportionnelle, 28 sièges pour la circonscription des minorités éthniques présentes en Croatie. La Chambre Suprême, la Chambre Fédérale (Zupanijski Dom) comportent 68 membres, 63 élus dans trois circonscriptions différentes et 5 candidats retenus. Le pouvoir exécutif est tenu par le Président, élu pour un mandat de cinq ans, qui nomme le Conseil des Ministres.

Langues

La langue officielle est le croate. On utilise l'alphabet latin.

Religions

Les croates sont catholiques (76,5% de la population), les serbes à l'est sont orthodoxes (11%), et il y a des petites communautés protestantes, juives et musulmanes.

Électricité

220 volts CA, 50 Hz.

Vols pas chers

Recommended Feature
Leaders Club – Le Programme de fidélité le plus exclusif