Etiquette

Économie : quelque 60 % du pays est recouvert par la forêt tropicale, dont environ la moitié est exploitée. L'industrie forestière représente donc une part considérable de l'économie et, avec l'agriculture, elle emploie les deux tiers de la population active. Malgré l'agriculture de subsistance (manioc, bananes plantains) et les cultures de rente (sucre, huile de palme, café, cacao), le Congo dépend largement de l'importation pour nourrir ses habitants. 20 % de la population active travaille dans l'industrie, dont la plus importante est le pétrole. Le premier gisement a été découvert en 1960 et le secteur assure aujourd'hui 90 % des recettes à l'exportation. Il garantit également au pays une balance commerciale, dans des circonstances normales, même si la contribution du secteur pétrolier au PNB est passée de 40 % en 1985 à 15 % à la fin des années 90 (conséquence de la baisse des prix dans le monde entier au cours de cette décennie). L'objectif principal à long terme reste de développer l'économie non pétrolière. Malheureusement, le plan de réformes du gouvernement a été sapé par l'instabilité politique, l'application irrégulière du programme et les relations houleuses avec le FMI et la Banque mondiale (qui ont contribué à ce plan). Cependant, la récente augmentation des prix du pétrole et le règlement des luttes intestines pour l'obtention du pouvoir laissent entrevoir à court terme un avenir meilleur. Les États-Unis sont le principal acheteur de pétrole au Congo, suivis par la France et l'Espagne. Les deux tiers des importations du Congo viennent de France, et consistent surtout en machines, équipements de transport, produits chimiques, fer et acier ainsi qu'en denrées alimentaires. L'Italie, l'Espagne et le Japon sont également d'importants partenaires commerciaux. Le Congo est membre de la zone Franc CFA de la Communauté Économique des États d'Afrique Centrale (CEEAC).
AFFAIRES : les costumes et les cravates ne sont habituellement pas de mise pour les hommes d'affaires en visite mais doivent être sortis en cas de visite auprès de membres du gouvernement. Une connaissance du Français est indispensable puisqu'il est impossible de trouver des traducteurs professionnels. La courtoisie classique doit être observée et les meilleures périodes pour les séjours professionnels sont de janvier à mars et de juin à septembre. Heures de bureau : lundi à vendredi de 7 h à 14 h, le samedi de 7 h à 12 h.

Vols pas chers

Recommended Feature
Leaders Club – Le Programme de fidélité le plus exclusif