Statistiques

PIB : 3,4 millions de USD (2005).
Principales importations : Biens de consommation, produits pétroliers, alimentaires et industriels.
Principales exportations : Uranium, bétail, doliques et oignons.
Principaux partenaires commerciaux : Exportations vers : la France, le Nigeria et les États-Unis ; Importations en provenance de : la France, la Côte d'Ivoire, la Chine et le Nigeria.

Économie

Le Niger est l'un des pays les plus pauvres au monde, avec un revenu annuel moyen par habitant d'environ 280 USD (2005). 90% des habitants sont employés à travailler la terre, bien que 5% seulement de la surface réelle du territoire soient cultivés. Cette situation d'ores et déjà délicate ne fait qu'empirer avec l'inexorable progression du Sahara, la sécheresse et les problèmes liés à la lutte antiparasitaire.

Moins d'un dixième des récoltes est destiné à la culture commerciale (coton et arachide), tandis que le reste (sorgho, mil et riz) constitue les produits de base cultivés pour répondre à la demande intérieure. L'élevage de bétail est essentiel, tout particulièrement au sein de la population nomade du pays. Lors des bonnes années, le Niger parvient à suffire à ses propres besoins en aliments de base ; dans le cas inverse, le pays requiert une aide alimentaire.

La ressource la plus précieuse du Niger est constituée par ses gisements d'uranium - le pays est l'un des plus gros producteurs au monde. La France et le Japon achètent la plus grande partie de l'uranium produit, mais une baisse de la demande a fait diminuer les recettes du Niger provenant de ce minéral. (En 2003, les tentatives présumées de l'Irak de se procurer de l'uranium par le Niger firent l'objet de controverses).

Le gypse, le charbon et le minerai d'étain sont également extraits pour une exploitation commerciale, et d'autres gisements minéraux ont été découverts comme le cuivre, le manganèse, le lithium, le plomb et le tungstène. On suppose également la présence de nappes pétrolifères. Le Niger a une modeste industrie légère, qui fabrique des denrées alimentaires et des boissons, des textiles et du ciment.

Depuis 1997 et jusqu'à ce jour, à la demande du FMI et de la Banque mondiale le gouvernement s'est lancé dans un programme de dénationalisation des principaux services publics. Le processus a été retardé par le coup d'État de 1999, mais quelques importantes privatisations ont pu être réalisées depuis, accompagnées d'une refonte des systèmes financiers du pays. L'année suivante, le Niger bénéficiait du programme d'allègement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE), tandis que la Banque mondiale et le FMI participaient au soutien financier avec des aides globales sporadiques.

Depuis 2001, après plusieurs années de croissance lente, l'économie s'est développée. La croissance annuelle a atteint 7,1% en 2005.

L'appartenance à la Zone franc CFA permet une certaine stabilité monétaire. Le Niger est membre de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, la CEDEAO, et d'une série d'autres organismes d'entraide économique de la région.

Conventions en affairesEn général il convient de porter un costume léger et une cravate. La connaissance du français est indispensable parce que les dirigeants parlent rarement l'anglais et qu'il n'est pas toujours facile de trouver un interprète.

Horaires des bureaux : lundi-vendredi 07h30-12h30 et 15h00-18h00, samedi 07h30-12h30 (hiver) ; lundi-vendredi 07h30-12h30 et 15h30-18h30, samedi 07h30-12h30 (été).

Informations commerciales

Chambre de Commerce, d'Agriculture, d'Industrie et d'Artisanat du Niger
168 Place de la Concertation, BP 209, Niamey, Niger
Tél. : 732 210.
Site internet : www.ccaian.org

Vols pas chers

Recommended Feature
Leaders Club – Le Programme de fidélité le plus exclusif